Glossary/fr

From Lazarus wiki
Jump to: navigation, search

Deutsch (de) English (en) español (es) français (fr) italiano (it) 中文(台灣)‎ (zh_TW)

Cette page ne sera jamais complète. Je vous encourage à continuer de lui ajouter des choses qui:

  • sont en relation avec ce site
  • sont en relation avec Freepascal
  • sont en relation avec Lazarus


Contents

# A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

#

A

Ada

Langage informatique dérivé du Pascal et de Modula, et nommé en hommage à Ada Lovelace (1815-1852), amie et collaboratrice de Charles Babbage. Babbage (1791-1871), un Anglais, a été l'un des premiers représentants dans la conception d'ordinateur et a publié la conception d'une 'machine à différences' (qu'il n'a jamais en réalité construit). La comtesse Ada Byron de Lovelace a été une étudiante/collègue de Babbage et a écrit un programme pour conduire la 'machine à différences'; elle peut être considérée comme la première programmatrice en informatique. (Il n'y a pas de participation romantique avec Babbage; d'ailleurs Ada était la fille du poète Byron).

Ada est un langage de haut niveau procédural, avec une structure et syntaxe très similaire au Pascal mais avec plusieurs extensions. À un stade (dans les années 1980) le Département américain de la Défense a décrété que toute la programmation de ses entrepreneurs devait être fait en utilisant Ada, mais malheureusement, il y avait un manque de compilateurs convenables et d'outils de développement de logiciels, et la langue n'a jamais atteint la popularité - très peu d'applications militaires des États-Unis ont été effectivement écrite en Ada.

Assembleur, langage d'assemblage

Un assembleur converti des symboles lisibles par l'homme (cela représente des instructions machine) dans des instructions binaires actuelles que l'ordinateur exécute. Par exemple un assembleur traduirait

LD a,b # déplacer le contenu de l'endroit a dans l'endroit b

dans une séquence binaire tel que 01110010 ce que la machine peut exécuter. Le langage assembleur est une liste d'instructions codifiées qu'un programmeur peut écrire et que l'assembleur à traduit en code machine. Un assembleur diffère d'un compilateur en étant spécifique au processeur (par exemple il y a différents assembleurs pour les processeurs i386, MC68000, ARM etc) et en étant de beaucoup plus bas niveau: il traite des instructions très spécifiques pour déplacer des données et exécuter de l'arithmétique détaillée. Beaucoup de compilateurs (incluant FreePascal) permettent au programmeur d'inclure des sections en assembleur dans le code source de niveau élevé; de telles sections sont, naturellement, seulement utiles en utilisant des processeurs pour lesquelles elles sont prévues, considérant qu'un compilateur peut écrire des programmes qui fonctionneront sur une variété de processeurs différents.

API

Application Program Interface/Interface de Programmation d'Applications: un ensemble d'outils tel que les appels procéduraux /fonctionnels pour permettre aux programmeurs l'utilisation d'un ensemble logiciel. Un exemple est l'API pour le système de base de donnée MySQL; ses auteurs ont édité un ensemble de définitions pour les appels de procedure/function, avec des spécifications détaillées pour chacun des paramètres ou des arguments pour chaque fonction. l'API d'origine a été définie pour la programmation en C, mais les développeurs de FreePascal ont écrit un ensemble de définitions pour les appels au procedures/functions correspondantes qui permettent aux programmeurs FreePascal ou Lazarus d'utiliser la bibliothèque des appels aux fonctions MySQL.

Une partie très importante d'une quelconque API est sa documentation, et toute conversion d'une bibliothèque API vers un environnement de programmation différent (par exemple du C à FreePascal) exige un ensemble également excellent de documentation.

B

Base de données

Une application informatique conçue pour le stockage structuré d'un grand volume de données et y donnant un accès aisé. De nombreux sites Web sur Internet font un usage intensif des bases de données: par exemple, un vendeur peut conserver son catalogue de marchandises dans une base de données, et peut aussi garder les transactions de client sur une autre base de données associée ; une équipe de développement de logiciel (comme l'équipe FreePascal) peut conserver leurs bibliothèques de programme et de sous-programmes dans une base de données ; une équipe de recherche médicale peut conserver les réponses à leurs formulaires d'études de cas dans une base de données. Quelques exemples typiques sont MySQL, PostgreSQL, Oracle, DB2 ou FireBird. Celles-ci utilise un standard commun SQL (Structured Query Language) pour placer les données dans la base et les récupérer. FreePascal/Lazarus ont des liens à plusieurs de ces bases de données.

Un système de base de données se compose généralement des fichiers réels de données, un serveur qui lit et écrit dans les fichiers et un client qui interprète les instructions des utilisateurs.

Voir aussi l'entrée Bases de données dans le Wiki principal.

BASIC

(Beginner's All-purpose Symbolic Instruction Code)

Ce langage interprété est utilisé à la fois comme outil de formation ou comme outil d'expérimentation en programmation. Etant interprété, il est facile de modifier un programme et d'en voir les effets. Il est caractérisé par les numéros de ligne pour chaque instruction et la séquence d'exécution est donnée par l'ordre des numéros de lignes. Des lignes supplémentaires peuvent être insérées en leur donnant des numéros de ligne intermédiaires. Le langage n'a pas de structure de programmation convenable: l'exécution peut être transférée en utilisant GOTO numéro de ligne, et il était possible de développer des habitudes très indisciplinées par l'usage incontrôlé de GOTOs - de par plusieurs manières, BASIC est l'antithèse de Pascal qui met l'accent sur la programmation structurée.

BASIC est récemment tombé en désuétude, en partie du fait de ses défauts, en partie du fait de l'arrivée de langages comme Pascal et C et en partie à cause de l'énorme amélioration de la vitesse des ordinateurs et de la performance des compilateurs ainsi les programmes véritablement compilés peuvent être rapidement écrits, exécutés et débogués. Il y eu quelques tentatives pour améliorer BASIC telles que Visual Basic de Microsoft (qui détient quelques structures rudimentaires et n'utilise pas les numéros de ligne, ce qui met moins l'accent sur les GOTOs) mais ces variantes tardives sont presque méconnaissables comme BASIC et doivent beaucoup à C et à de nombreux interpréteurs de commandes ou langages de script. En fait, quelques programmes Visual Basic ressemblent beaucoup à des programmes FreePascal ou Lazarus.

Bogue

(le terme bug -insecte- est plus couramment utilisé) Une erreur dans un programme qui pourrait causer une défaillance catastrophique de la machine, une défaillance du programme ou simplement une performance ou une sortie incorrecte. Le terme (dû à Grace Hopper) provient de l'époque où les ordinateurs étaient construits avec des lampes à vide, quand les insectes pouvaient provoquer des court-circuits entre les terminaux produisant des défaillances ou des performances imprédictibles. La plupart des équipes de développement encouragent les utilisateurs potentiels à rapporter les bogues (lesquelles sont corrigées dans les versions suivantes) et possèdent un mécanisme de rapport de bogues clairement défini (par exemple Lazarus bugtracker).

Boolean

Type de donnée logique en Pascal et dans d'autres langages qui peut prendre deux valeurs, True ou False. Nommé selon George Boole, un pionnier de l'algèbre booléenne.

Voir Boolean_Expressions/fr pour une description complète.

C

Langage de programmation C

Un langage de programmation largement utilisé, particulièrement utile en programmation système. Forme la base pour la plupart des systèmes d'exploitation Linux et pour autant que nous pouvons le déterminer, pour Windows. Sa rigueur insuffisante est son principal inconvénient, des pratiques de programmation pauvres permettant de se glisser dedans. Il est vulnérable à des problèmes tels que les fuites de mémoire et les débordements de tampon. Par contraste, Pascal impose une discipline beaucoup plus rigoureuse au programmeur et encourage de bonnes habitudes et pratiques de programmation.

C++

Une variante de C qui intègre les construction de la programmation orientée objets.

C#

Un langage fortement soutenu par Microsoft et conçu pour leur plateforme .Net. Il a une syntaxe basée sur C++ qui comporte des aspects d'autres langages de programmation, plus particulièrement Object Pascal et Java.

Classe

C'est la description dans le code source des objets en programmation orientée objet. En FreePascal (donc Lazarus) et en Delphi, elle est accessible à l'exécution comme un objet unique bien que son rôle principal soit l'instantiation des objets qu'elle décrit. Une classe est alors un pointeur sur un objet.

CCR

(Code and Component Repository) Réferentiel de code et de composants.

COBOL

COmmon Business Oriented Language

Un langage largement utilisé en gestion depuis les années 1960. En dépit de ses déficiences et de la venue de langages plus récents, il est toujours largement répandu, essentiellement dans les systèmes "legacy" (type Mainframe IBM). L'exemple récent le plus notable [1] est dans l'état de Californie, où le système de paie utilise toujours COBOL, et le décret édicté par le gouverneur pour réduire le salaire des fonctionnaires a eu des difficultés parce qu'il n'y avait pas assez de développeurs COBOL autour !

Compilateur

Un programme qui traduit du code source lisible par l'humain, habituellement écrit dans un langage de haut niveau tels que Pascal Objet, C++, Algol, Fortran ou Ada, en instructions machine pour être exécutées par l'ordinateur. La compilation implique plusieurs étapes: Analyse du code source pour contrôler les erreurs de syntaxe, traduction du code source en instructions machine et liaison du code résultant avec des bibliothèques dnas le but de produire l'application finale exécutable par la machine (wikipédia).

Compilation croisée

Il s'agit de compiler un programme sur un type d'ordinateur pour l'emploi éventuel sur un autre ordinateur qui diffère par son processeur et/ou son système d'exploitation. Par exemple, les programmes Pascal peuvent être compilé de manière croisée sur un PC tournant sous Linux et exécuté sur un PC tournant sous Windows, ou bien des programmes peuvent être compilés sur un PDA comme Sharp Zaurus. Un autre exemple typique est la compilation croisée du compilateur FreePascal ou de l'EDI Lazarus sur un plateforme telle que Linux pour l'employer sur une plateforme telle que Windows ou sur le Macintosh utilisant un processeur totalement différent (wikipédia).

Composant

Un petit (NDLT: quoique...) morceau de code, typiquement constitué de définition de données ou d'un petit nombre de méthodes, qui définit et décrit une action particulière ou une série d'actions dans une application écrite en Pascal Objet. Les composants sont en général regroupés ensemble fonctionnellement dans des bibliothèques telle que FCL, LCL ou RTL, les composants peuvent être ainsi réutilisés dans des programmes d'applications.

CVS

Concurrent Version System (voir aussi SVN). Un système pour la production de manière ordonnée du développement d'un logiciel en dépit de son utilisation par de nombreux auteurs. Un référentiel est mis en place, duquel les développeurs concerné peuvent retirer des documents ou des fichiers puis les restituer une fois édités.

Généralement le retour de nouveaux fichiers ou de fichiers édités est sous le contrôle d'un plusieurs modérateurs ou administrateurs, asinis un contrôle strict des versions est maintenu.

(wikipédia ou wikipédia)

D

Débogueur

C'est un programme qui peut être utilisé par les développeurs pour contrôler l'exécution d'un programme en cours de développement, et montre comment un programme fait défaut. Les débogueurs gardent l'emplacement des instructions dans le programme (par exemple le numéro de la ligne dans le code source), le contenu des variables du programme et produisent souvent une "trace arrière" montrant les instructions qui ont été exécutées immédiatement avant que la panne se produise dans le programme.

Le débogueur GNU GDB est utilisé dans les systèmes FreePascal/Lazarus ; GDB doit être présent dans le système. Dans les systèmes Unix et autres simili-Unix, la version native Linux de GNU peut être facilement installée ; pour Windows, une version spéciale de GDB est incluse dans le paquet d'installation de Lazarus ; alternativement GDB peut être compilé à partir des sources pour Windows et utilisé en conjonction avec l'émulateur CygWin.

A présent, la documentation sur le débogage dans FreePascal/Lazarus n'est pas vraiment complète et les utilisateurs sont prévenus de lire attentivement la documentation du site GDB.

Delphi

Un excellent RAD EDI commercial basé sur Pascal pour Windows et créé par Borland ; développé et commercialisé dorénavant par Embarcadero. FreePascal se veut largement compatible avec Delphi, aussi les applications écrites par des développeurs Delphi peuvent être facilement portées vers FreePascal/Lazarus, et le compilateur FreePascal possède un mode de compatibilité avec Delphi (en employant la directive de compilation {$MODE Delphi} ou l'option en ligne de commande -Sd).

Cependant, l'adhésion servile à des constructions et des normes Delphi n'est plus ressentie comme une exigence et les développeurs FreePascal ont amélioré la plupart des constructions Delphi, produisant dans de nombreux cas un environnement de programmation plus souple et plus utile. Toutes les procédures, fonctions, classes et autres éléments de programmation ont été construites à partir de zéro par les développeurs FreePascal, et sont assez indépendantes du code Delphi.

diff

Il s'agit d'un programme GNU utilisé pour montrer les différences entre deux fichiers ou même deux répertoires. Employé par les développeurs de logiciel pour contrôler les changements dans le codage avant de soumettre un fichier source modifié dans un référentiel tel que SVN. La sortie de diff peut aussi servir pour produire un patch qui sera appliqué au code source sans avoir à ré-écrire ou ré-importer le ficheir en entier. Homepage

E

EDI

(IDE : Integrated Development Environment) Environnement de développement intégré.

Il consiste typiquement en un éditeur de texte pour écrire le programme source, un compilateur, peut-être un assembleur et un lieur pour rendre la construction et l'exécution consécutive du programme rapide et facile. Il peut avoir accès à un débogueur pour aider à détecter et corriger les erreurs de logique ou opérationnelles dans le code.

Editeur

Plus précisément éditeur de texte, un des outils essentiels dans le développement de programmes.

La plupart des codes source des ordinateurs sont constitués de lignes de texte dont l'ordre donne la séquence logique. Une certaine forme de l'éditeur de texte est nécessaire pour entrer le code source et l'édition ou la corriger. Tous les systèmes d'exploitation proposent nombre d'éditeurs de texte, parfois assez primitifs (tel que ED ou EDLIN en DOS/Windows ou ED et vi dans le monde Linux) parfois assez sophistiqués (comme Notepad et Wordpad dans Windows, GEdit, KATE, KWrite et EMACS dans Unix/Linux).

Certains éditeurs offrent la coloration syntaxique (en utilisant différentes couleurs pour montrer les mots-clés, les types de données, ou les niveaux d'imbrication dans les instructions) ou ont une indentation automatique pour faire ressortir la structure d'un programme. La plupart ont une fonction de recherche et de remplacement et peuvent souvent reconnaître le début des routines (procédures ou fonctions) ou ouvrir les fichiers 'include' si nécessaire.

Les deux EDI FreePascal and Lazarus ont un éditeur de texte intégré qui est de ceux recommandés pour le développement de programmes utilisant le compilateur FreePascal, mais n'importe quel éditeur convient pourvu que le programme soit syntaxiquement et logiquement correct. Ces EDI offrent un meilleur confort d'utilisation grâce à leur intégration.

Chaque utilisateur trouvera son éditeur favori en reconnaissant ses avantages et limitations. Des arguments entre les partisans de l'un ou l'autre éditeur sont parfois légèrement moins passionnés que les arguments sur le système d'exploitation préféré!

F

FCL

FreePascal Component Library

La principale collection de composants utilisée par FreePascal. Voir aussi RTL et LCL.

FORTRAN

Langage procédural pour la traduction de formule (FORmula TRANslation).

Autrefois très populaire pour les programmes académiques, scientifiques et techniques, l'accent était mis sur l'efficacité, très bon pour les applications de calcul intensif, mais il a fait quelques concessions à la facilité de l'interface utilisateur.

FORTRAN a souffert d'une structure syntaxique plutôt rigide et formattante, si bien que les versions récentes ont arrondi les angles et fait un peu de concessions pour les environnement fenêtré avec des entrées/sorties interactives.

Il reste un langage populaire pour faire des gros calculs, mais il est moins populaire que les langages avec une interface utlisateur plus conviviale.

FreePascal

Un compilateur Pascal OpenSource et multiplate-forme qui supporte Turbo Pascal/BorlandPascal (TP/BP), Delphi/Kylix (OO ou Pascal Objet) et la syntaxe Apple, il y a aussi quelques ajouts supplémentaires comme les macros à manière du C, des opérateurs/symboles, la surcharge d'opérateur, la surcharge auto de fonctions et d'autres trucs sympas.

FreePascal cherchait initialement à reproduire les caractéristiques de Delphi dans un environnement Open Source et offrait l'avantage de fonctionner sur nombre de systèmes d'exploitation, mais il a acquis un caractère et une éthique propres, et l'adhérence servile à la compatibilité Delphi n'est plus le moteur fondamental. Les développeurs FreePascal écrivent du code en toute indépendance des sources Delphi.

FreePascal est constitué du compilateur lui-même, d'un nombre de bibliothèques comprenant la libraire Run-time RTL, la librairie de composants FreePascal FCL et d'un nombre de paquets optionnels que l'utilisateur décide d'installer. Il y a aussi un (EDI) prévu pour l'utilisation en mode texte, non graphique, qui est très similaire à l'EDI de TurboPascal. Les utilisateurs qui préfèrent les interfaces graphiques peuvent utiliser un des nombreux produits, Lazarus étant le plus connu, plus de 120 programmeurs y ont contribué dont certains sont impliqués de très près dans le projet FreePascal.

G

GDB

Le débogueur de GNU utilisé pour le débogage des programmes développés avec le compilateur FreePascal aussi bien qu'avec des programmes écrits en C, C++, FORTRAN et d'autres langages.

GIMP

GNU Image Manipulation Program, soit Programme de Manipulation d'Image.

Une des plus grandes influences Linux sur le monde graphique. C'est un outil que certains trouvent dur à utiliser au départ, mais il est infiniment configurable et fortement utile, si bien que la plupart son finalement conquis. Le GIMP fournit la plupart des widgets (petits objets graphiques) utilisé dans les bibliothèques GTK qui forment un des ensembles majeurs d'outils de Lazarus.

GNU

GNU est une enveloppe autour du noyau et du shell de Linux, fournissant un grand nombre de programmes, d'environnements (à la fois graphiques et orientés texte), d'applications et de systèmes de développement. Il contient aussi un grand nombre de bibliothèques pour l'emploi par des paquets et des systèmes variés. Ses développeurs suggèrent que le système d'exploitation Linux devrait être décrit comme le système GNU/Linux, car le noyau Linux nécessite la fonctionnalité fournie par GNU dans le but de travailler pour l'utilisateur final.

Du site Web de GNU: GNU est un acronyme récursif pour "“GNU's Not UNIX" (GNU n'est pas Unix); il est prononcé "gnou". GNU est comme Unix mais ce n'est pas le même.

GTK

Gimp Tool Kit.

GTK+ est une boîte à outil muliplate-forme pour la création d'interface graphique, les EDI FreePascal et Lazarus font un usage intensif de GTK. Il contient un ensemble de widgets (ou petits objets graphiques) qui peuvent être incorporés dans les fiches ou les panneaux des applications.

H

I

Interface graphique

(Graphical User Interface dans la langue de Shakespeare)

Un environnement de travail dans lequel les opérations sont présentées sous forme graphique. Des images ou des icônes symbolisent des programmes, des actions, des fichiers. L'utilisateur déplace le curseur d'une souris (ou d'un dispositif de pointage similaire) pour sélectionner l'icône appropriée, le clavier peut être aussi utilisé avec les touches directionnelles. Souvent il y a aussi des menus déroulants selon l'emplacement de la souris.

Une interface graphique fait usage de la programmation orientée objet ou dirigée par les événements, voire les deux ; au lieu de suivre une séquence pré-déterminée d'actions, l'application attend un événement tel qu'un clic de la souris sur une icône particulière pour déterminer l'action à mener et exécuter la bonne partie de code. L'application passe dans un état d'attente jusqu'à la survenue d'un nouvel événement comme le clic sur un icône.

Interpréteur de commandes

Un programme présent dans la plupart des systèmes d'exploitation d'ordinateurs qui examine un flux d'entrée, soit depuis le clavier (Mode Console) ou depuis un fichier texte (Mode Batch, différé), interprétant ou analysant le texte pour trouver les instructions provoquant l'exécution des commandes du système d'exploitation ou exécutant des programmes préparés ou autres scripts (wikipédia).

Interpréteur

Un outil logiciel qui examine un flux d'entrée d'instructions dans un langage spécifique, depuis la console ou un fichier texte et les convertit en instructions du langage machine qui sont immédiatement exécutées. Il diffère d'un compilateur, qui convertit toutes les instructions du langage en langage machine puis les enregistre dans un fichier pour une exécution à venir sans traduire à nouveau les instructions, dans le fait que les instructions sont interprétées ligne par ligne, et la conversion est faite à chaque fois que le programme est exécuté.

L'interpréteur de commandes dans Linux, Windows, les systèmes IBM, DEC PDP et VAX sont de bons exemples. Plusieurs langages populaires sont interprétés plutôt que compilés. Les meilleurs exemples sont BASIC (dans toutes ses variantes y compris Visual Basic), PERL. Les programmes des langages interprétés sont de plusieurs ordres de grandeur fois plus lents que les programmes des langages compilés parce qu'il faut ré interprété les commandes chaque fois avant l'exécution, mais ils ont le gros avantage de faciliter les modifications, le nouveau code peut ainsi être testé facilement et souvent la vitesse n'est pas importante comparée à la facilité de programmation. Quelques langages (comprenant de nombreux dialectes de BASIC) ont la possibilité de produire un programme exécutable plus rapide après avoir fait la mise au point dans l'environnement interprété.

Quelques variantes de Pascal, comprenant UCSD Pascal de l'Université de Californie de San Diego (UCSD), offrait une combinaison particulière d'opérations interprétées et compilées: le code source est d'abord traduit en P-Code intermédiaire passé dans l'interpréteur de P-Code qui le traduit et l'exécute. Il y a un gain de vitesse car une partie de l'interprétation n'est pas répétée (analyses lexicale, syntaxique et sémantique). C'est aussi le cas actuellement de Java (fichier class) et de Python (pour ses modules).

J

Java

Langage de programmation développé par Sun Microsystems pour l'écriture d'applications orientées Web. C'est un langage interprété qui tend à produire des programmes plutôt lents à l'exécution, mais les applications peuvent être écrites rapidement et portées vers un large nombre de processeurs et de machines différents (il faut que le moteur d'exécution (run-time) soit disponible). Il est orienté objet.

Pour approfondir: Pascal for Java users.

K

Kylix

C'est un outil RAD à la manière de Delphi pour Linux réallisé par Borland. Il est basé sur Delphi et utilise le jeu de widgets QT / CLX. Il tente de porter l'EDI de Delphi vers Linux en utilisant WINE, un programme d'émulation de Windows sous Linux, plutôt que de traduire le code de l'EDI dans un code propre spécifique à Linux, et fonctionne donc plutôt lentement et inégalement. Borland semblait avoir l'intérêt dans le développement et le support et de nombreux anciens utilisateurs de Kylix ont migré vers FreePascal/Lazarus comme seule alternative viable pour le développement Pascal dans Linux.

L

Lazarus

Un EDI RAD et multiplate-forme fait avec FreePascal et conçu pour utiliser FreePascal comme langage de programmation et outil de compilation. L'EDI a un grand nombre de caractéristiques communes avec les produits de Borland (maintenant Embarcadero) Delphi et Kylix (bien que tout le code a été écrit de manière indépendante), il a certaines caractéristiques manquantes dans Delphi/Kylix, tout en manquant de quelques-unes des caractéristiques qui se retrouvent dans les produits Borland.

Sa principale IHM contient un éditeur, une barre de menu principale contenant la palette de composants, une fenêtre pour la conception des fiches (concepteur d'IHM) et un inspecteur d'objets. Sont aussi inclus un éditeur de documentation, une aide considérable sur le code et l'accès à de vastes bibliothèques de composants et de paquets.

Les développeurs utilisent généralement le concepteur de fiche de l'EDI pour définir la forme visuelle de leurs applications, utilisent l'éditeur de code source pour ajouter des instructions pour répondre aux événements survenus pendant l'exécution du programme, et ensuite utiliser le compilateur et le lieur intégrés de FreePascal pour produire un code exécutable. Pendant l'exécution du code, le débogueur est utilisé pour intercepter les erreurs et trouver les problèmes de logique dans le programme.

L'EDI peut même être utilisé pour reconstruire Lazarus lui-même, quand des corrections et des mises à jour sont reçus, par exemple, depuis le référentiel SVN.

LCL

Lazarus Component Library soit librairie de composant Lazarus, contient un grand nombre d'unités définissant des classes, des composants et des méthodes pour la création d'applications utilisant FreePascal. La LCL est constituée principalement de composants visuels et d'objets, souvent appelés Widgets: quelques exemples sont les boutons, les légendes, les boîtes d'édition, les listes déroulantes, les menus popup, les images et les grilles. Les éléments non visuels tels que la manipulation des fichiers et la gestion des bases de données sont trouvés dans la FCL et la RTL.

Un grand nombre de composants définis dans la LCL et d'autres bibliothèques sont utilisés pour construire l'EDI Lazarus.

Voir Lazarus Components pour une liste des composants disponibles, et leurs équivalents dans TurboPascal et Delphi.

Lieur

Un programme qui prend la sortie du compilateur, trouve les bibliothèques pré-compilées qui sont nécessaires et les joint ensemble pour produire un programme exécutable.

Linux

[2] Un système d'exploitation Open Source dérivé à l'origine d'Unix, mais totalement construit à partir de code Open Source, et ayant reçu littéralement la contribution de milliers de développeurs. Aujourd'hui, c'est l'un des systèmes les plus populaires. Il fait partie des systèmes d'exploitation pour lesquels sont construits FreePascal et Lazarus, et l'une des plates-formes largement utilisée pour leur développement.

M

MAC

Fait généralement référence au système d'exploitation d'Apple, il est célèbre pour la haute qualité graphique et sa stabilité. La dernière version MAC OS X ressemble beaucoup à Unix or Linux, c'est un mélange d'applications et de bibliothèques commerciales et Open Source. MAC OS X est actuellement capable d'exécuter X11. C'est un système d'exploitation parmi les plus populaires aujourd'hui et il offre maintenant du matériel de qualité pour un prix raisonnable.

MAC désigne aussi l'ordinateur MAC, matériel nécessaire pour exécuter le système d'exploitation.

Dans le domaine du réseau, MAC signifie Media Access Control ou Medium Access Control.

Multiplate-forme

Fait généralement référence à un programme qui peut s'exécuter sur de multiples systèmes d'exploitation et plate-formes. Des exemples sont le compilateur FreePascal et l'EDI Lazarus, la suite bureautique OpenOfficeOrg, la famille Mozilla de fouineur web et de serveurs de courriels (wikipédia).

N

O

Objet

Un type spécial de Record employé dans FreePascal et d'autres langages orienté object de haut niveau. Pouvant contenir un groupe de champs de donnée (comme un enregistrement conventionnel), un objet peut définir des méthodes (procédures et fonctions, soit statiques, virtuelles ou non) pour traiter les données dans les champs, dans l'idéal toutes les manipulations de données passent par des méthodes. Un objet est décrit dans le code par une classe, qui définit ses champs et ses méthodes.

Par exemple, un objet peut contenir un tableau de valeurs réelles, on peut mettre en oeuvre une méthode pour calculer la moyenne (mean en Anglais) :

Type
  Average = Object
    NumVal: Integer;
    Values: Array [1..200] of Real;
    Function Mean  : Real; { calculates the average value of the array, not detailed }
  End;

Ou un bouton placé sur une fiche dans un environnement graphique pourrait avoir la structure suivante (fortement simplifiée):

Type
  Button = Object
    Top, Left: Integer; { screen coordinates to define button's position }
    Height, width: Integer;
    Color: TColor;
    Caption : String;
    Procedure OnClick; { method invoked when the mouse is clicked on the Button's image}
  End;

La procédure ou la fonction dans les définitions ci-dessus, doit être déclarée quelque part dans le programme, le plus souvent dans une section Implementation.

Voir aussi Classe.

OO

Orienté Objet

Extension d'un langage procédural qui permet la création et la manipulation d'objets élaborés.

Alors que le Pascal standard maintient une structure de record (enregistrement), dans laquelle peuvent co-exister différent types de données tels que des entiers, des réels, des tableaux, des chaînes de caractères et des pointeurs d'une manière prédéfinie, un langage orienté objet comme FreePascal permet aux structures de comporter des méthodes (procédures et fonctions) pour manipuler les éléments de données dans la structure. Ainsi à un simple état (record), on ajoute donc du comportement (méthodes), par exemple pour contrôler l'accès à l'état.

Voir aussi Object Oriented Programming with FreePascal and Lazarus. NDLT : cette définition, reprise de la version anglaise est très sommaire.

Open Source

Le terme anglais est utilisé en français.

Un système de développement de logiciel basé sur la publication de tout le code source où il est disponible aux autres pour le voir, le copier, le compiler et l'utiliser et aussi pour le corriger, le modifier et l'améliorer. Les utilisateurs, les développeurs ou modificateurs

Les utilisateurs, développeurs ou modificateurs sont simplement tenus ou devraient reconnaître d'où le source est venu, comment ils l'ont changé, et rendre le source accessibles à toute personne à qui ils donnent ou vendent leur programme. Il existe en revanche pour le modèle commercial habituel de développement de logiciels, où les programmes sont entourées de secret et brevet / copyright légalité, seulement quelques membres de l'équipe qui ont accès au code, et l'utilisateur final n'a aucune idée de la façon dont le programme fonctionne ni comment y remédier si il défaillit.

Dès le début, Free Pascal et Lazarus suivent le modèle Open Source, le code source est ainsi totalement accessible à quiconque veut l'utiliser. Ce modèle encourage tous à l'essayer, suggérer des corrections de bogues, à tenter de l'améliorer ou compléter les parties qui n'ont pas été mise en oeuvre et plus généralement à contribuer à son développement. Cette approche a conduit à un excellent effort de coopération, au développement rapide du système et à un environnement de développement qui est complètement transparent pour tous ses utilisateurs.

OSX

La dernière version du système d'exploitation du Macintosh.

P

Pascal

Pascal est un langage de programmation procédural, conçu en 1968-1969 et publié en 1970 par Niklaus Wirth (voir Histoire du Pascal Objet, Pourquoi utiliser Pascal ?).

Il existe une norme de définition internationale du langage (ISO 7185, équivalente à ANSI/IEEE770X3.97), mais excepté le compilateur Pascal Gnu (Open Source) et Pascal Prospero (un produit commercial disponible uniquement pour les systèmes Windows), peu d'implémentation modernes sont exactement conformes à la norme.

Cependant, ils sont essentiellement similaire en syntaxe et structure. Des programmes écrits pour une variante sont facilement transposables dans les autres. FreePascal ouvre la compatibilité avec d'autres Pascal (voir Modes du compilateur Free Pascal).

FreePascal, Delphi et autres variantes possèdent des extensions orientée objet.

PDA

Personal Digital Assistant (Assistant numérique personnel) — un appareil tenant dans une poche ou dans la main dans lequel on trouve des informations telles que des carnets d'adresse, des calendriers et d'autres informations utiles. Ces appareils (tel que le Palm-Pilot et le Pocket-PC Compaq) sont devenus progressivement plus sophistiqués et Sharp Zaurus, équipé par le système d'exploitation Linux, est un outil populaire auprès des développeurs et des expérimentateurs.

Il y a un compilateur croisé disponible dans FreePascal, qui permet à des programmes Pascal compilés sur un PC d'être exécutés sur le Zaurus et une branche du compilateur croisé WinCE qui permet aux applications développées dans Windows de tourner sur un Pocket-PC.

Q

QT

Interface QT

R

RAD

Rapid Application Development (Exemples: Delphi, Lazarus, Visual Basic)

C'est un logiciel pour la création rapide et facile d'applications (programmes). Généralement, il inclut un éditeur de texte, une interface graphique et facilite la mise en oeuvre d'outils variés tels que des compilateurs, des lieurs et débogueurs. Souvent, un environnement de développement intégré est fourni avec EDI.

Record (enregistrement)

Terme anglais signifiant type enregistrement ou l'enregistrement lui-même. C'est un type de données structuré dans Pascal et d'autres langages de haut-niveau.

Alors que les simples structures de données telles que les tableaux ou ensembles sont formés d'éléments ayant tous le même type, un enregistrement est constitué d'éléments dont le type doit être spécifié individuellement, éventuellement ils sont tous du même type, ils sont en nombre fixe pour un type enregistrement donné. En Pascal, il est possible d'avoir des enregistrements pas toujours du même type en employant des variantes (construction case). Cela permet de modéliser des données plus complexes et plus proche des entités réelles.

Les enregistrements sont largement utilisés en Pascal pour regrouper fonctionnellement des éléments qui vont ensemble (un type Personne par exemple avec le nom, le prénom, la date de naissance). Ils sont la base pour des types de données plus sophistiqués tels que les objets et les classes, utilisés en programmation orientée objet. Plus d'informations dans Record.

RTL

Runtime Library

La bibliothèque de composant de FreePascal qui est utilisée à l'exécution pourt traduire les instructions des programmes vers le système d'exploitation et l'architecture de la plate-forme. Vois aussi FCL.

RTTI

Runtime Type Information

Informations sur les types de données et objets disponibles à l'exécution, peut être utile pour le streaming ou la conversion de type.

S

SQL

Structured Query Language, Langage Structuré de Requête. Ce langage de script universel est utilisé dans de nombreuses bases de données et possède une syntaxe définie pour l'exécution de requêtes.

SVN

Subversion est un système de gestion de version conçu pour améliorer et remplacer CVS.

SVN est employé actuellement est employé actuellement par les projets FreePascal et Lazarus.

Système d'exploitation

(OS en Anglais, dit aussi logiciel de base)
Le système d'exploitation est un programme qui contrôle les performances de base d'un ordinateur. Il traite des fonctions d'entrée/sortie de parties variées (telles que le clavier, l'afficahge vidéo, la souris, le stockage sur disque, la mémoire et les périphériques comme les interfaces série, parallèle ou USB) ; il contrôle l'ordonnancement des tâches et l'allocation du temps processeur entre les processus et les utilisateurs ; il intercepte les erreurs système et effectue une série d'autres fonctions. La plupart de ces fonctions sont réalisées sans que l'utilisateur en ait conscience.

Un système d'exploitation a généralement une partie dite noyau (i.e., la partie la plus interne du système) qui est démarrée par le BIOS (Basic Input-Output System, système d'entrée/sortie de base de l'ordinateur) et dispose d'une collection variée d'interfaces avec le matériel de l'ordinateur. Le noyau peut être aussi considéré comme une couche d'abstraction entre les applications et les parties électroniques.

Il y a une autre "couche", appelée le shell, qui représente une interface entre le noyau et l'utilisateur qui entre des commandes depuis le clavier ou actionne la souris pour sélectionner des commandes affichées à l'écran.

Un système d'exploitation peut opérer dans la console (affichage en mode texte) ou dans un mode graphique. La plupart des systèmes d'exploitation modernes supportent le threading et sont multi-tâche, permettant l'exécution simultanée de plusieurs programmes.

T

Turbo Pascal

Un compilateur Pascal produit par Borland qui a révolutionné le développement sur les PC et les micro-ordinateurs.

Les précédents compilateurs Pascal étaient énormes et lourds, ou lents, ou chers ou bien les trois à la fois.

le TurboPascal de Borland était très rapide, très économique en ressources et vraiment peu cher.

Malheureusement, il ne suit pas tout le standard ISO, notamment dans sa manipulation des fonctions Get() et Put() avec les fichiers texte.

Cependant, il a été très populaire, et avec ses extensions objet, il a formé la base de Delphi (qui, si elle dispose d'une version sans frais libre stripped-down, est assez chère si vous voulez faire du développement sérieux) et Kylix, la version Linux de Delphi.

Il forme aussi la fondation de FreePascal et Lazarus, mais la principale différence entre les compilateurs Borland et FreePascal est que le source n'est pas disponible pour Borland alors qu'il l'est pour FreePascal. Les compilateurs Borland sont commerciaux (même s'ils sont offerts gratuits) mais FreePascal et Lazarus sont libres (Open Source).

U

Unix

Un des premiers systèmes d'exploitation et surtout historiquement le premier à être écrit dans un langage évolué, le C. Il dispose du threading et de multi-traitement ; plus tard, Linus Torvalds et d'autres programmeurs ont réalisé un système Open Source ressemblant à Unix appelé Linux qui est un des système d'exploitation les plus populaire actuellement. D'autres ont suivi l'exemple et ont créé d'autres systèmes d'exploitation: FreeBSD, OpenBSD, NetBSD et bien d'autres ; ainsi Apple a introduit des parties Open Source de clones d'Unix variés et fait MacOS X qui est célèbre pour son caractéristiques graphiques et sa stabilité. Voir Wikipédia.

Unité

Un fichier source Pascal est aussi appelé une unité et a généralement pour extension .pas, .pp ou .p.

L’unité Pascal a un nom interne qui est généralement la première ligne de l’unité « unit MonUnité; » où MonUnité est le nom interne.

L’unité Pascal a aussi deux sections principales, interface et implementation qui sont semblables à la terminologie du C/C++, les fichiers en-tête (.h, .hpp, .hh) et les fichiers corps (.c, .cpp, .cc).

Tout le code de la section interface est accessible depuis les autres fichiers d’unités ou de programme qui utilisent cette unité. Ceci est fait par la déclaration uses. uses peut apparaître aussi bien dans la section interface qu’implementation : le code dans la section implementation est « privé » et ne peut être accédé que par la même unité à moins d’être redéfini dans la section interface, ce qui est le cas des procédures et des fonctions « globales ».

L’unité Pascal peut contenir deux sections supplémentaires : initialization et finalization. Ils sont automatiquement exécutés lorsque le programme commence et arrête d’utiliser l’unité, comme leur nom l’indique.

Uses

Clause dans un programme Pascal Objet: une ligne près du haut du fichier ou de l'unité (soit dans l'interface soit dans l'implémentation) qui liste les autres unités qui sont accédées afin de trouver les composants utilisés dans le programme. Cette instruction énumère donc les dépendances de l'unité.

Par exemple:

uses
  Classes, SysUtils, MySpecialUnit;

V

VCL

Visual Components Library - Base des classes de composants de Delphi.

V4L

Video For Linux

VFW

Video For Windows

W

Widget

(terme non traduit car largement usité) Un petit (ou même un grand!) objet graphique ou une image, souvent une partie d'une plus grande image, d'une fiche, d'un écran ou d'une image. Les programmes orientés objet dépendent souvent lourdement de l'utilisation de fiches, qui comportent un nombre important de widgets tels que des boutons, des légendes, des zones d'édition, des titres, des barres de menu, des panneaux, des grilles, des images picturales telles des photos ou des dessins.

Lazarus a des jeux de widget séparés pour chaque système de gestionnaire de fenêtres, tel que Windows (ensemble de widgets Win32/64, ou WinCE pur les appareisl mobiles), Linux (GTK widgetsets pour les systèmes basés sur Gnome, Qt pour les systèmes KDE), Apple (jeu de widgets Carbon et Cocoa) aussi bien que pour des certains ensembles non spécifiques tels que CustomDrawn, fpGUI ou nvidia widgets.

Les développeurs Lazarus ont eu à concevoir des interfaces personnalisées pour chaque jeu de widgets: le but est de fournir une interface de laquelle l'utilisateur n'a pas conscience; il ou elle écrit simplement le code ou conçoit la forme, et les widgets de l'ensemble pertinent pour son système d'exploitation, s'adapte en place et fonctionne de façon transparente.

WiKi

Un type de site web qui fournit la documentation pour un paquetaeg logiciel ou des informations similaires and qui accueille une activité éditoriale, des ajouts et des commentairesde la communauté. La plupart des sites Wiki exige des utilisateurs potentiels de s'enregistrer et ensuite de se connecter pour éditer le site. La documentation peut être développée plus rapidement et flexiblement.

Le site Lazarus and FreePascal Wiki que vous explorez actuellement contient une documentation étendue sur les projets FreePascal et Lazarus. Les utilisateurs et les développeurs sont activement encouragés à s'enregistrer et soumettre leurs contributions.

WinCE

Un environnement à la Windows pour les appareils mobiles tenus en main, les téléphones portables, PDAs, etc. Produit par Microsoft, il a de nombreuses caractéristiques qui ressemble à un Windows pour machines de bureau mais représente une version condensée. La plupart des tablettes utilisent le processeur ARM et un portage de FreePascal et Lazarus a été réalisé pour permettre à des applications pour l'ARM et WinCE d'être compilées de manière croisée et chargées pour être exécutées sur des appareils mobiles. Pour plus de détails, voir Windows_CE_Development_Notes et Windows_CE_Interface.

Windows

Un système d'exploitation de Microsoft, sans doute le système d'exploitation le plus largement utilisé aujourd'hui, célèbre pour son interface conviviale mais infâme pour sa vulnérabilité aux attaquants malicieux.

"Windows" (fenêtres) fait aussi référence aux surfaces rectangulaires sur un écran d'ordinateur qui contient des éléments textuels ou graphiques associés à un processus ou une application. Une fenêtre peut faire partie d'un programme ou d'un système autre que ceux proposés par Microsoft, par exemple, cela peut-être X-windows (voir X11) ou de simples fenêtres de texte employées de manière inhérente par des systèmes à base de texte.

X

X11

Aussi appelé XFree, Xorg ou plus simplement X est une interface graphique Unix. Le concept de X11 est assez différent du GDI de Windows principalement parce que XFree est un programme et pas seulement un ensemble de bibliothèques. Parce que X11 est plus orienté matériel et n'a pas encore un ensemble complet de widgets, certains programmeurs ont développé des widgets plus avancés comme GTK ou QT, des gestionnaires de fenêtres variés et des environnements de bureau comme GNOME, KDE, XPde, XFCE, IceWM, WindowMaker et bien d'autres. Pour plus d'informations sur X11, merci de visiter le XFree site web.

Y

Z

Zaurus

PDA fabriqué par Sharp qui utilise Linux comem système d'exploitation. Son processeur est l'ARM pour lequel un portage du compilateur FreePascal a été fait, et il est possible de faire de la compilation croisée d'application en FreePascal qui tournera sur le Zaurus.