Lazarus For Delphi Users/fr

From Lazarus wiki
Jump to: navigation, search

Deutsch (de) English (en) español (es) français (fr) 日本語 (ja) 한국어 (ko) português (pt) русский (ru) slovenčina (sk)

Cette description est pour les personnes qui sont intéressées par Lazarus et connaissent déjà Delphi. Il décrit les différences entre les deux .

Delphi → Lazarus

Lazarus est un outil de développement rapide d'applications (RAD) semblable à Delphi. Cela signifie qu'il incorpore une bibliothèque de composants visuels et un environnement de développement intégré (IDE). La bibliothèque de composants de Lazarus (LCL) est très semblable à la VCL de Delphi. La plupart des unités, classes et propriétés ont les mêmes noms et fonctionnalités. Ceci rend le portage aisé . Mais Lazarus n'est *pas* un "clone open source de Delphi". Ne vous attendez donc pas à 100% de compatibilité.

Différences les plus importantes

Lazarus est une plate-forme indépendante entièrement open source, utilisant le puissant compilateur Free Pascal (FPC). FPC s'exécute sur plus de 15 plates-formes. Mais les paquets et bibliothèques ne sont pas tous portés, ainsi Lazarus s'exécute actuellement sur Linux (i386, x86_64), FreeBSD (i386), MacOSX (powerpc, i386) et Windows (i386, x86_64).

Lazarus n'est pas complet et, à ce propos, ce texte non plus. Nous recherchons toujours de nouveaux développeurs, créateurs de paquets, réalisateurs de portages, auteurs de documentation , ... .

La première chose à faire en convertissant un projet Delphi

Après avoir lancé Lazarus, vous devriez aller dans OutilsConvertir un projet Delphi en projet Lazarus... . Ceci ne fera pas tout à votre place, mais vous permettra néanmoins de faire une bonne partie du chemin.

Delphi IDE → Lazarus IDE

Projets

Le fichier principal d'une application Delphi est le fichier .dpr. Le fichier principal d'un projet Lazarus est le fichier .lpi (Lazarus Project Information). Un fichier .dpr contient le code source principal du programme, et l'IDE de Delphi y stocke quelques informations sur les options et les unités du compilateur. Une application Lazarus a aussi un fichier .lpr, qui contient également le code source principal. Mais toute les autres informations sont stockées dans le fichier .lpi. Le fichier important d'un projet est donc le fichier .lpi.

Par exemple :

Delphi stocke les chemins des unités dans le fichier .dpr (ex. : unit1 in 'path/Unit1.pas'). Ces chemins précédés de 'in' sont spécifiques à Delphi et ne sont pas lus par l'IDE de Lazarus. Il ne faut pas les utiliser. À la place, les chemins des unités sont à définir dans "Projet→Options du compilateur...".

Delphi stocke les options du compilateur dans le fichier .dpr. Par exemple {$APPTYPE CONSOLE}. Les options définies de cette façon sont ignorées par l'IDE de Lazarus. Il ne faut pas les utiliser, et définir à la place les options dans "Projet→Options du compilateur...".


Règle importante : il y a toujours un projet ouvert. Les seules façons de "fermer" un projet sont, soit de quitter Lazarus, soit d'ouvrir un autre projet. C'est parce qu'un projet Lazarus est également une "session". Ceci signifie que les paramètres courants de l'éditeur sont également stockés dans le fichier .lpi et sont restaurés quand vous réouvrez le projet. Par exemple : vous déboguez une application, placez beaucoup de points d'arrêts et de signets. Vous pouvez enregistrer le projet à tout moment, fermer Lazarus ou ouvrir un autre projet. Quand vous réouvrez le projet, même sur un autre ordinateur, tous vos points d'arrêts, signets, fichiers ouverts, positions de curseur, historiques de sauts, etc. sont restaurés .

Éditeur de Sources

Presque toutes les touches et raccourcis peuvent être définis dans Configuration→Options de l'éditeur→Assignation des touches

L'IDE de Lazarus incorpore de nombreux outils de manipulation des sources. Bon nombre d'entre eux sont similaires à ceux de Delphi, et travaillent de façon semblable. Mais il y a une différence importante : Lazarus n'utilise pas le compilateur pour obtenir de l'information sur le code. Il analyse les sources directement, et ceci a beaucoup d'avantages importants.

L'éditeur de sources travaille avec des "commentaires". Delphi traite les commentaires dans le code source comme des espaces entre les instructions. Ces commentaires ne contiennent aucune fonctionnalité du code, et quand du nouveau code est automatiquement inséré, les commentaires se déplacent. Sous Lazarus, vous pouvez faire une recherche de déclaration même sur du code contenu dans des commentaires. Bien que ce ne soit pas parfaitement fiable, cela fonctionne souvent. Et quand du nouveau code est inséré, l'IDE emploie des méthodes heuristiques afin de conserver les liaisons entre le commentaire et le code. Par exemple : il ne dédoublera pas la ligne "c: char; // comment".

"La complétion de code" de Delphi (Ctrl+Space) est appelée "complétion d'identificateur" sous Lazarus. Le terme Lazarus de "complétion de code" est une fonctionnalité pouvant signifier "complétion de classe automatique" (la même que sous Delphi), "complétion de variable locale" ou "complétion d'affectation d'évènement". Toutes sont invoquées par Ctrl+Shift+C et c'est en fonction de la position du curseur que l'IDE détermine l'opération à effectuer.

Exemple de complétion de variable locale

Supposons que vous veniez de créer une nouvelle méthode contenant l'instruction "i := 3;"

procedure TForm1.FaireQuelqueChose;
 begin
  i := 3;
 end;

Placez le curseur au-dessus de l'identificateur "i" et appuyez sur Ctrl+Shift+C pour obtenir :

TForm1.FaireQuelqueChose;
 var
   i: Integer;
 begin
  i := 3;
 end;

Exemple de complétion d'assignation d'évènement

Une des fonctionnalités intéressantes de l'inspecteur d'objets est la création automatique de méthodes. Vous pouvez obtenir la même chose dans l'éditeur de sources. Par exemple :

 Button1.OnClick :=

Placez le curseur derrière l'opérateur d'assignation ":=" et appuyez sur Ctrl+Shift+C.

Complétion de mot Ctrl+W

Elle fonctionne de façon semblable à la "complétion d'identificateur", sauf qu'au lieu d'opérer sur les identificateurs Pascal, elle opère sur tous les mots. Vous choisissez dans une liste contenant tous les mots commençant par les mêmes lettres et contenus dans tous les fichiers ouverts.

Support des fichiers Include

Delphi ne les acceptait pas (NDT : faux, directive {$I <fichier>}), et vous n'avez donc probablement pas encore créé beaucoup de fichiers "include". Mais les fichiers "include" ont un grand avantage : ils rendent possible l'écriture de code indépendant de la plate-forme sans le "polluer" avec des $IFDEF. Par exemple : saut de méthode, complétion de classes, recherche de déclaration, etc. tout fonctionne avec des fichiers "include".

De nombreuses options de manipulation du code sont disponibles.

Concepteur

- Directives

Inspecteur d'objet

Dans les environnements de développement de Delphi et de Lazarus, l'inspecteur d'objets sert à éditer les propriétés des composants, à leur assigner des évènements, etc. Voici quelques différences mineures qu'il faut noter :

  1. Depuis Delphi 5, en complément de la traditionnelle liste déroulante, il existe une vue arborescente des composants de l'application, permettant de naviguer dans la hiérarchie et de sélectionner des objets. Dans Lazarus, cette vue arborescente fait partie intégrante de l'inspecteur d'objets et remplace la liste déroulante. Vous pouvez néanmoins choisir entre l'une ou l'autre par l'option "Afficher l'arbre du composant" du menu contextuel (clic droit).
  2. Dans Delphi, un double-clic sur un évènement vierge génère automatiquement un code associé à cet évènement, et ouvre l'éditeur de code source à la bonne position. Dans Lazarus, un petit bouton "..." situé à droite de la liste déroulante permet la même chose.
  3. Dans Delphi, on doit effacer manuellement le nom d'un évènement pour supprimer la liaison, dans Lazarus, on peut sélectionner "(Aucun)" dans la liste déroulante.
  4. De façon similaire, un double-clic sur une propriété de type simple ne change pas sa valeur, il faut sélectionner celle-ci dans la liste déroulante. Et pour les propriétés associées à un éditeur, il faut cliquer sur le petit bouton "..." situé à droite de cette propriété. (NDT : me semble obsolète pour les versions récentes de Lazarus...).

Paquets

Peut-on installer et utiliser des paquets Delphi sous Lazarus ?

  • Non, car ils nécessitent des fonctionnalités propres au compilateur de Delphi.

Doit-on en créer un spécialement pour Lazarus ?

  • Oui. Créer un nouveau paquet, le sauvegarder dans le répertoire source du paquet original (en principe le répertoire du fichier .dpk), ajouter la LCL comme paquet requis (si ce n'est déjà fait), puis finalement ajouter les fichiers .pas. On peut alors l'installer ou l'utiliser dans un projet. Il existe des différences entre les paquets Delphi et les paquets Lazarus, se référer au fichier docs/Packages.txt pour plus de précisions.

VCL → LCL

Bien que la VCL et la LCL aient le même objectif, c'est-à-dire d'être des hiérarchies de composants orientés objet spécifiquement conçues pour le développement rapide d'applications, elle ne sont pas identiques. Par exemple, alors que la VCL fournit un certain nombre de composants non visuels, la LCL ne fournit dans la mesure du possible que des composants visuels, les composants non-visuels (tels que ceux destinés aux manipulations de bases de données) étant fournis par la FCL de Free Pascal .

En outre, certains composants de la VCL n'existent pas dans la LCL, et réciproquement, ou bien lorsqu'ils existent dans les deux, ne sont pas des «clones», et nécessitent des adaptations lors du portage d'applications, de composants ou de contrôles.

Nous allons tenter de fournir une description suffisamment complète des différences ou incompatibilités majeures entre les deux, destinée au développeur Delphi. Ceci concerne en premier lieu les différences entre la VCL de Delphi 4 (mais par voie de conséquence également celles de Delphi 5, 6 ou 7...) et la LCL dans sa dernière version (CVS). Il se pourrait donc que ces explications ne soient pas exactement adaptées à votre version de Delphi, ni ne corresponde parfaitement à la LCL que vous utilisez actuellement. Si vous constatez des inexactitudes entre ce qui suit et la LCL dans sa dernière version (CVS), ou votre version de Delphi, n'hésitez pas à compléter ou modifier l'article de sorte qu'il reste compréhensible pour tout le monde.

TControl.Font/TControl.ParentFont

Dans la VCL, il est courant et normal d'utiliser le nom d'une police de caractères particulière, ou des propriétés de police telles que le gras ou l'italique pour les contrôles, et de s'attendre à ce que ces valeurs s'affichent correctement. En outre, on dispose de la propriété TControl.ParentFont qui permet de faire en sorte qu'un contrôle utilise la police de son parent, toujours en supposant implicitement que ces valeurs seront respectées, indépendamment des propriétés d'affichage de Windows.

Ceci n'est pas toujours vrai, ni toujours possible, dans la LCL. Celle-ci, étant par nature multi-plate-forme et multi-interface, utilise une approche plus mesurée et essaiera plutôt, dans toutes les circonstances, d'utiliser les paramètres natifs du bureau, de la couche graphique, ou du thème sélectionné, quelle que soit l'interface utilisée («widgets»). Par exemple, si vous utilisez l'interface GTK, et que le thème GTK impose une police spécifique pour les boutons, la LCL utilisera toujours cette police.

En conséquence de quoi, les contrôles de la LCL n'offrent en général pas les mêmes degrés de liberté à la conception que ceux qu'on attend souvent de la VCL. Seuls les contrôles personnalisés se dessinant eux-même dans un canevas, au lieu d'être de simples interfaces, peuvent logiquement être modifiés de cette manière, indépendamment de l'interface graphique utilisée.

Glisser/déplacer

Dans la VCL, la plupart des (Win)Controls implémentent des méthodes et des fonctions «callback» pour gérer le "glisser/déplacer" de contrôles, par exemple faire glisser un composant depuis un TPanel, et le déplacer dans un autre à l'exécution.

Ces fonctionnalités sont actuellement non implémentées ou non terminées dans la LCL, bien qu'elles soient sur la feuille de route, et devraient sans doute bientôt fournir un certain degré de compatibilité pour ce type de fonctionnalité, si ce n'est une compatibilité totale.

Ceci signifie qu'actuellement aucun contrôle n'hérite ni ne permet l'usage des fonctions, procédures, propriétés ou évènements suivants...

Protected 
 function  GetDockEdge(MousePos: TPoint): TAlign;
 function  GetDragImages: TDragImageList;
 function  GetFloating: Boolean;
 function  GetFloatingDockSiteClass: TWinControlClass;
 procedure DoEndDrag(Target:TObject); X, Y: Integer);
 procedure DockTrackNoTarget(Source: TDragDockObject; X, Y: Integer);
 procedure DoEndDock(Target: TObject; X, Y: Integer);
 procedure DoDock(NewDockSite: TWinControl;var ARect: TRect);
 procedure DoStartDock(var DragObject: TDragObject);
 procedure DragCanceled;
 procedure DragOver(Source: TObject; X, Y: Integer; State: TDragState;var Accept: Boolean);
 procedure DoEndDrag(Target: TObject; X, Y: Integer);
 procedure DoStartDrag(var DragObject: TDragObject);
 procedure DrawDragDockImage(DragDockObject: TDragDockObject);
 procedure EraseDragDockImage(DragDockObject: TDragDockObject);
 procedure PositionDockRect(DragDockObject: TDragDockObject);
 procedure SetDragMode(Value: TDragMode);
 property  DragKind: TDragKind;
 property  DragCursor: TCursor;
 property  DragMode: TDragMode;
 property  OnDragDrop: TDragDropEvent;
 property  OnDragOver: TDragOverEvent;
 property  OnEndDock: TEndDragEvent;
 property  OnEndDrag: TEndDragEvent;
 property  OnStartDock: TStartDockEvent;
 property  OnStartDrag: TStartDragEvent;
 
Public
 function  Dragging: Boolean;
 function  ManualDock(NewDockSite: TWinControl; DropControl: TControl;ControlSide: TAlign): Boolean;
 function  ManualFloat(ScreenPos: TRect): Boolean;
 function  ReplaceDockedControl(Control: TControl; NewDockSite: TWinControl;DropControl: TControl; ControlSide: TAlign): Boolean;
 procedure BeginDrag(Immediate: Boolean; Threshold: Integer);
 procedure Dock(NewDockSite: TWinControl; ARect: TRect);
 procedure DragDrop(Source: TObject; X, Y: Integer);
 procedure EndDrag(Drop: Boolean);
 property  DockOrientation: TDockOrientation;
 property  Floating: Boolean;
 property  FloatingDockSiteClass: TWinControlClass;
 property  HostDockSite: TWinControl;
 property  LRDockWidth: Integer;
 property  TBDockHeight: Integer;
 property  UndockHeight: Integer;
 property  UndockWidth: Integer;

que les classes suivantes n'existent pas ou sont inutilisables...

 TDragImageList = class(TCustomImageList) 
 TDockZone = class
 TDockTree = class(TInterfacedObject, IDockManager) 
 TDragObject = class(TObject) 
 TBaseDragControlObject = class (TDragObject) 
 TDragControlObject = class (TBaseDragControlObject) 
 TDragDockObject = class(TBaseDragControlObject)

et que les fonctions suivantes n'existent pas non plus, ou sont également inutilisables.

function  FindDragTarget(const Pos: TPoint;AllowDisabled: Boolean) : TControl;
procedure CancelDrag;
function  IsDragObject(sender: TObject): Boolean;

TEdit/TCustomEdit

Les contrôles d'édition, bien que fonctionnant dans la LCL essentiellement de la même manière que dans la VCL, ont quelques particularités auxquelles il convient d'être attentif lors d'une conversion.

  1. À cause des restrictions dues aux interfaces, TEdit.PasswordChar ne fonctionne pas sur toutes les implémentations (mais peut parfois fonctionner). À la place, on donnera la valeur emPassword à la propriété TCustomEdit.EchoMode, dans les cas où le texte devra être caché.
  2. Les évènements liés au glisser/déplacer ne sont pas encore implémentés. Pour plus d'information, se référer à la section précédente Glisser/déplacer.
  3. Les propriétés de la police de caractères sont généralement ignorées pour des raisons de cohérence de l'interface. Pour des explications plus détaillées, voir TControl.Font/TControl.ParentFont

(optional) TSplitter → TPairSplitter

Améliorez-moi...

La LCL possède aujourd'hui son composant TSplitter, il n'est donc pas nécessaire d'effectuer une quelconque conversion.

Néanmoins, si vous le désirez, voici quelques explications.

Ce qui suit est librement inspiré des questions posées par Vincent Snijders sur la liste de diffusion, et des réponses apportées par Andrew Johnson.

Dans la VCL, les contrôles de redimensionnement se présentent sous la forme de poignées que l'on peut faire glisser entre deux composants pour donner plus d'espace à l'un ou à l'autre, et qui s'obtiennent avec le contrôle TSplitter. On les rencontre fréquemment, y compris dans l'IDE de Delphi.

La LCL fournit son propre contrôle, TPairSplitter, dont l'utilité est la même, mais qui n'est pas compatible. Il sera ainsi nécessaire de "réparer" les codes VCL ou les DFM Delphi devenus incorrects dans le cadre d'une adaptation, malgré le fait que beaucoup de choses soient communes entre les deux versions.

Alors quelles sont exactement les différences ?

Hé bien, les plus grandes différences sont que le TSplitter de la VCL n'a pas d'enfant, qu'il est placé entre deux contrôles alignés d'une certaine façon, et qu'il permet le redimensionnement indépendamment de sa propre taille. Il doit avoir deux contrôles alignés de chaque côté pour pouvoir fonctionner. Un exemple simple serait une fiche contenant un TPanel aligné à gauche (alLeft), un TSplitter aligné à gauche, et enfin un TPanel aligné sur la zone client (alClient). À l'exécution, vous pouvez alors modifier les dimensions des deux TPanel en faisant glisser la poignée fournie par le contrôle TSplitter.

Côté LCL, par contre, le TPairSplitter est un type spécial de contrôle, possédant déjà deux panneaux, qui n'a d'utilité que s'il y a des composants à séparer sur ces panneaux, mais qui séparera quand même ces derniers, qu'il y ait quelque chose ou pas dessus. Ainsi, l'exemple précédent devient une fiche contenant un TPairSplitter aligné sur la zone client, et deux TPanel alignés aussi sur la zone client, l'un sur le panneau gauche, l'autre sur le panneau droit de ce TPairSplitter.

L'autre différence importante est que dans la VCL, étant donné que le TSplitter est son propre contrôle, sa position est conservée relativement aux contrôles en cas de redimensionnement. Ainsi, par exemple, un TPanel aligné sur la zone client (alClient) grossira tandis que les autres TPanel resteront tels quels, donc la position de séparation dépend de la propriété d'alignement des contrôles séparés.

Dans la LCL, comme les deux panneaux de chaque côté sont indépendants, le TPairSplitter possède une propriété Position qui est absolue par rapport au bord supérieur ou au bord gauche. Donc, en cas de redimensionnement, la position de la poignée ne change pas et si cela est important, il faut appeler une méthode en retour pour s'assurer que le rapport est conservé.

(NDT: j'ai traduit ce qui suit conformément au texte original, mais à mon avis il y a une erreur, puisque le côté droit possède déjà un comportement de type alClient. En outre, le code d'exemple produit un résultat erratique, ce qui est normal puisque pour effectuer ce genre de redimensionnement, il faudrait avoir stocké quelque part l'ancienne valeur de la propriété Position...) Par exemple si le côté droit d'un séparateur vertical nécessite d'avoir un comportement de type alClient, vous devrez écrire une méthode de redimensionnement de fiche effectuant quelque chose comme :

 PairSplitter.Position := PairSplitter.Width - PairSplitter.Position;
Alors, comment puis-je transformer un code existant pour utiliser TPairSplitter au lieu de TSplitter ?

Si les séparateurs et les contrôles sont créés dynamiquement (dans la méthode OnCreate de la fiche, par exemple), la conversion ne devrait pas poser trop de problèmes. Commencez par réorganiser la création des contrôles conformément à la nouvelle hiérarchie, en positionnant la propriété Parent des contrôles enfants aux deux panneaux, gauche et droite, ou haut et bas, du TPairSplitter. Voici un exemple de conversion.

VCL LCL
var
 BottomPanel: TPanel;
 VerticalSplitter: TSplitter;
 LeftPanel: TPanel;
 HorizontalSplitter: TSplitter;
 MainPanel: TPanel;
begin
 BottomPanel:= TPanel.Create(Self);
 with BottomPanel do
  begin
   Parent := Self;
   Height := 75;
   Align  := alBottom;
  end;
 VerticalSplitter:= TSplitter.Create(Self);
 with VerticalSplitter do
  begin
   Parent := Self;
   Align  := alBottom;
  end;
 HorizontalSplitter:= TSplitter.Create(Self);
 with HorizontalSplitter do
  begin
   Parent := Self;
   align  := alLeft;
  end;
 LeftPanel:= TPanel.Create(Self);
 with LeftPanel do
  begin
   Parent := Self;
   Width  := 125;
   Align  := alLeft;
  end;
 MainPanel:= TPanel.Create(Self);
 with MainPanel do
  begin
   Parent  := Self;
   Align   := alClient;
   Caption := 'Hello';
  end;
end;
var
 BottomPanel: TPanel;
 VerticalSplitter: TPairSplitter;
 LeftPanel: TPanel;
 HorizontalSplitter: TPairSplitter;
 MainPanel: TPanel;
begin
 VerticalSplitter:= TPairSplitter.Create(Self);
 with VerticalSplitter do
  begin
   Parent:= Self;
   Align:= alClient;
   Width:= Self.Width;
   Height:= Self.Height;
   SplitterType:= pstVertical;
   Position:= Height - 75;
   Sides[0].Width:= Width;
   Sides[0].Height:= Position;
  end;
 HorizontalSplitter:= TPairSplitter.Create(Self);
 with HorizontalSplitter do
  begin
   Parent:= VerticalSplitter.Sides[0];
   Width:= Self.Width;
   Height:= VerticalSplitter.Position;
   align:= alClient;
   SplitterType:= pstHorizontal;
   Position:=125;
  end;
 LeftPanel:= TPanel.Create(Self);
 with LeftPanel do
  begin
   Parent:= HorizontalSplitter.Sides[0];
   Align:= alClient;
  end;
 MainPanel:= TPanel.Create(Self);
 with MainPanel do
  begin
   Parent:= HorizontalSplitter.Sides[1];
   Align:= alClient;
   Caption:='Hello';
  end;
 BottomPanel:= TPanel.Create(Self);
 with BottomPanel do
  begin
   Parent:= VerticalSplitter.Sides[1];
   Align:= alClient;
  end;
 end;

Comme vous pouvez le voir, c'est assez substantiel pour la plupart des hiérarchies de contrôles. Et si vous êtes familiers des fichiers DFM, les modifications nécessaires dans le cadre d'une conversion DFM→LFM devraient être assez évidentes d'après l'exemple qui précède, puisqu'elles suivent le même schéma que les changement dans les propriétés Parent, Owner, etc.

Ainsi l'exemple que nous avons vu donnerait quelque chose comme :

DFM Delphi

(valeurs pertinentes seulement)

LFM Lazarus

(plupart des propriétés Width, Height, etc. enlevées)

object VerticalSplitter: TSplitter 
  Height = 3
  Cursor = crVSplit 
  Align = alBottom
end
object HorizontalSplitter: TSplitter 
  Width = 3
  Align = alLeft
end
object BottomPanel: TPanel
  Height = 75
  Align = alBottom
end
object LeftPanel: TPanel 
  Width = 125
  Align = alLeft
end
object MainPanel: TPanel 
  Align = alClient
end
object VerticalSplitter: TPairSplitter 
  Align = alClient
  SplitterType = pstVertical
  Position = 225
  Height = 300
  Width = 400
  object Pairsplitterside1: TPairSplitterIde
    object HorizontalSplitter: TPairSplitter 
      Align = alClient 
      Position = 125
      object Pairsplitterside3: TPairSplitterIde 
        Width = 125
        object LeftPanel: TPanel 
          Align = alClient 
          Width = 125
        end
      end
      object Pairsplitterside4: TPairSplitterIde
        object MainPanel: TPanel 
          Align = alClient
        end
      end
    end
  end
  object Pairsplitterside2: TPairSplitterIde
    object BottomPanel: TPanel 
      Align = alClient 
      Height = 75
    end
  end
end

TCustomTreeView/TTreeView

La VCL et la LCL fournissent toutes deux des composants TCustomTreeView / TTreeView utilisés pour des listes de données arborescentes avec des nœuds, des méthodes de sélection et des listes d’images. Bien que comparables leurs propriétés respectives ne sont pas toutes entièrement compatibles. Les principales différences sont :

Incomplete list, also update to include TCustomTreeView Mark functions and protected methods

  1. La LCL fournit un ensemble d’options au TCustomTreeView.afin de modifier et contrôler son comportement et son apparence. Ces options sont :
    • tvoAllowMultiselect –permet la sélection multiple de nœuds ; Correspond au MultiSelect du TCustomTreeView. de la VCL D6.
    • tvoAutoExpand –Développement automatique des noeuds; Correspond au AutoExpand du TCustomTreeView.
    • tvoAutoInsertMark – Met à jour (initialise) le Drag lors d’un mouvement de souris.
    • tvoAutoItemHeight – Ajuste automatiquement les hauteurs d’items.
    • tvoHideSelection – Ne met pas en évidence l’item sélectionné.
    • tvoHotTrack – active le Hot Tracking; Correspond au HotTrack du TcustomTreeview.
    • tvoKeepCollapsedNodes – Conserve les noeuds enfants lors du repli de noeuds.
    • tvoReadOnly – Place le Treeview en lecture seule; Correspond au ReadOnly du TcustomTreeview.
    • tvoRightClickSelect - allow using Mouse Right Clicks to select nodes, equivalent to enabling TCustomTreeView.RightClickSelect
    • tvoRowSelect – Permet la sélection de lignes, correspond au RowSelect du TCustomTreeView.
    • tvoShowButtons –Affiche les boutons , Correspond au ShowButtons du TCustomTreeView.
    • tvoShowLines – Affiche les lignes des noeuds ; Correspond au ShowLines du TCustomTreeView.
    • tvoShowRoot – Affiche la racine ; Correspond au ShowRoot du TcustomTreeView.
    • tvoShowSeparators – Affiche les séparateurs
    • tvoToolTips - show tooltips for individual nodes
  1. La LCL fournit des propriétés supplémentaires:
    • TCustomTreeView.OnSelectionChange Evénement se déclenchant lors d’un changement de sélection
    • TCustomTreeView.DefaultItems, Pour le nombre par défaut d’items.
    • TCustomTreeView.ExpandSignType Pour déterminer le signe utilisé lors Développement/Pliage de nœuds.

Bien que la plupart des événements Drag/Dock (tirer/glisser) est disponible elle n’est pas fonctionnelle. Pour plus d’information voir le chapitre précédant sur le Control Dragging/Docking.

Messages / Evenements

L’ordre, la fréquence des messages et des événements (OnShow, OnActivate, OnEnter, ...) diffèrent de la VCL et dépendent de l’ensemble des Widgets. La LCL fournit un sous ensemble de messages comparables aux API Windows afin de rendre le portage des composants Delphi plus simple. Cependant, la plupart des messages de la LCL fonctionne différemment. L’essentiel du code Delphi utilise les messages des API Windows car la VCL ne dispose pas de ces fonctionnalités, et pour une question de rapidité. Ceci sera rarement le cas dans la LCL , et nécessitera un contrôle manuel. C’est par exemple pour cette raison que les messages sont appelés LM_SIZE au lieu de WM_SIZE.

Original Contributors and changes

This page has been converted from the epikwiki version.

  • Initial import and formatting - VlxAdmin 9/26/2003
  • Begin VCL -> LCL with a section on TSplitter -> TPairSplitter - Andrew Johnson 9/30/2003
  • Add TControl.Font/TControl.ParentFont to VCL -> LCL - Andrew Johnson 9/30/2003
  • Update TEdit/TCustomEdit section in VCL -> LCL - Andrew Johnson 10/1/2003
  • Add Control Dragging/Docking to VCL -> LCL - Andrew Johnson 10/1/2003
  • Added "Object Inspector" to Delphi IDE -> Lazarus IDE - Andrew Johnson 10/1/2003
  • Added initial "TCustomTreeView/TTreeView" to VCL -> LCL - Andrew Johnson 10/1/2003
  • Added introduction to VCL -> LCL - Andrew Johnson 10/1/2003
  • Fixed some typos - Vincent 10/2/2003
  • Fixed Typo User:Kirkpatc 20 May 2004

See Also

Code Conversion Guide (from Delphi & Kylix)

Compile With Delphi